Encore feministes !

Sommaire

action n°61 - 29 août 2014
Nous demandons une ministre de l'Égalité.

 

29 août 2014

Lettre ouverte du réseau « Encore féministes ! »
4873 personnes et associations dans 56 pays

pour demander
à François Hollande, président de la République française
à Manuel Valls, Premier ministre
de nommer une ministre de l'Égalité

Messieurs,
Bravo d'avoir constitué un gouvernement paritaire !
Vous prouvez ainsi votre attachement à la parité en politique.
Vous montrez que de nombreuses femmes sont aptes à exercer des responsabilités.
Vous contribuez à briser le « plafond de verre » qui empêche l'accès de femmes compétentes à des postes de pouvoir.

Nous vous rappelons la nécessité d'agir aussi contre le « plancher collant » : 80 % des travailleurs pauvres sont des femmes.
D'agir contre les inégalités de salaires : à travail équivalent, les hommes gagnent encore, en moyenne, 15 % de plus que les femmes.
D'agir contre les injustices et les violences exercées contre les femmes et les filles, en France et dans le monde.

Un prochain remaniement pourrait être l'occasion d'innover.
Vous avez nommé à d'autres fonctions Najat Vallaud-Belkacem, que nous félicitons pour ses actions en faveur de l'égalité quand elle était ministre des droits des femmes.
Vous avez nommé Pascale Boistard secrétaire d'État aux droits des femmes, en la rattachant à la ministre de la Santé et des Affaires sociales, comme si les femmes étaient une maladie ou une affaire sociale.
Nous vous demandons de nommer une ministre de l'Égalité* qui luttera contre les discriminations dues au sexe, à la couleur de peau, à l'origine sociale, à l'orientation sexuelle, etc.
Il ne manque pas en France de femmes pouvant exercer de telles responsabilités. Une telle décision démontrerait votre volonté de mettre en œuvre ce principe fondateur de notre République qu'est l'égalité.

PS Trois membres de « Encore féministes ! » ont exprimé leur désaccord avec la formulation de la demande.

Ce qu'il faut, c'est un ministère des droits des femmes, un vrai. Avec un ministère de l'égalité, les droits des femmes seront très vite dissous, absorbés par les autres.
Yvette Roudy

Je ne suis absolument pas d'accord avec cette proposition.
Le Président de la République a promis, pendant sa campagne, un ministère de plein exercice pour les droits des femmes. Nous ne l'avons plus ; nous devons le réclamer avec insistance pour faire appliquer la loi de Najat Vallaud-Belkacem et appuyer la loi sur la lutte contre la prostitution. Le combat ne fait que commencer et déjà nous abdiquerions en disparaissant en tant que la moitié de la population mondiale infériorisée? Et nous accepterions de transformerl'égalité femmes-hommes fondatrice d'une nouvelle société en problème de diversité ?
Oui, il faut exiger l'égalité pour tous et toutes et refonder une République
de l'égalité réelle mais cela ne passe pas par l'oubli, la marginalisation
de la spécificité du patriarcat, au contraire !
Geneviève Duché

J'avoue être surprise par votre demande : je voudrais juste partager notre constat au niveau européen. Nous demandons aujourd'hui une Commissaire européenne sur les droits des femmes et l'égalité femmes-hommes, à côté d'un-e Commissaire droits fondamentaux. Jusqu'à présent, il y avait une commissaire Droits Fondamentaux et justice, et on a vu comme les questions d'égalité femmes-hommes étaient diluées dans les questions d'égalité en général. Ayant plusieurs thèmes à traiter, elle n'a quasiment rien fait sur les questions d'égalité femmes-hommes en 5 ans. C'est le même phénomène qu'on voit au niveau national en Europe, au niveau des instituts pour l'égalité : de plus en plus, les instituts égalité femmes-hommes sont fusionnés avec les instituts égalité en général (ou non-discrimination), mais les moyens ne sont pas là, l'action politique pour l'égalité femmes-hommes est affaiblie, et les questions de droits des femmes passent pour une discrimination parmi tant d'autres (alors que nous sommes la moitié de la population).

Suivant l'actualité française depuis Bruxelles, je suis évidemment déçue qu'il n'y ait plus de ministère des droits des femmes, mais ce ministère avait déjà "disparu" quand Najat Vallaud-Belkacem avait été nommée aussi à la Ville et à Jeunesse et Sports. En mettant droits des femmes avec Santé et affaires sociales, cela ne change rien par rapport à Valls 2 finalement (droits des femmes est à côté d'autres thèmes). Cela change évidemment par rapport au tout début (et encore, Najat Vallaud-Belkacem était aussi porte-parole). Avoir une secrétaire d'Etat me semble très utile, et un signe que le thème ne disparait pas. Et aussi qu'il est indépendent de la santé et des affaires sociales. Demander que Marisol Touraine agisse sur les 3 plans de manière efficace et indépendante serait important, en lui rappelant la continuité du portfolio.
Pierrette Pape